Shares
Share with your friends










Envoyer

Le danger des drones dans les aéroports Français et Européens

Le 19 février dernier, pour la deuxième fois cette année, un drone a croisé la trajectoire d’un avion de ligne en provenance de Barcelone en phase d’atterrissage à Roissy. La BEA (Bureau d’Enquêtes et d’analyses) décrit l’incident comme étant très grave, le drone passant seulement a 5 mètres de l’avion.

De nombreuses collisions ont été évitées de justesse ces derniers mois un peu partout en Europe et en France. Selon l’agence de sécurité aérienne UK Airprox Board, plus d’une vingtaine de collisions entre avions et drones ont été évitées entre avril et octobre 2015 dans les aéroports britanniques.

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a fait part de son inquiétude grandissante concernant l’imminence d’un accident.

Les risques d’incidents et de perturbation dues aux drones dans les aéroports augmentent significativement due à la popularité qu’ils rencontrent depuis quelques années.

BritishAirwayPlane

En effet, les ventes de drones de loisirs ont triplé en France depuis 2015, et pourraient atteindre plus de 300,000 cette année.

Mais c’est surtout, la multiplication des drones détenus par des personnes ne connaissant pas ou ne respectant pas les réglementations en vigueur (en particulier l’interdiction de voler à proximité des aéroports) qui inquiète sérieusement les autorités.

 

À la recherche d’une meilleure réglementation

En 2012, La France avait été l’un des premiers pays à instaurer une réglementation relative à l’utilisation de l’espace aérien par “les aéronefs qui circulent sans personne à bord”.

Cette réglementation interdit l’utilisation de drone au-dessus d’espace public, à proximité d’aérodrome, ou au-dessus de sites sensibles ou proteges. Les drones ne peuvent pas être utilisé la nuit, ne doivent pas voler à une altitude supérieure à 150m et doivent être en permanence à portée de vue de son utilisateur.

DRONEFR2

Il faut noter cependant que de telles règles sont presque impossibles à appliquer par les autorités dues à l’évolution rapide de cette technologie et au manque de moyens fiable de traquer les utilisateurs.

Le 17 mai dernier, le Sénat a donc complété ces textes en adoptant à l’unanimité une nouvelle proposition de loi. Cette proposition impose l’immatriculation obligatoire des drones et l’équipement d’un transpondeur pour pouvoir les identifier en temps réel.

Il a également été question de la possibilité d’un bridage automatique des drones pour éviter les incidents dans des zones sensibles et l’imposition d’une altitude maximale. Si l’Assemblée nationale la valide, cette réglementation entrerait en vigueur en 2018.

L’avenir du drone en France et en Europe

DRONEFR2

Selon le Comité UE de la chambre des Lords, l’Europe pourrait devenir le centre d’innovation de drone d’ici 2050 si elle est correctement légiférée. Une industrie basée sur cette technologie a le potentiel de fournir 150.000 emplois supplémentaires d’ici 2050.

Depuis les livraisons d’Amazon par drone jusqu’au drone transportant des humains, la recherche et le développement de cette technologie paraissent aujourd’hui sans limite.
Aujourd’hui il existe près de 600 sociétés Francaise qui exploitent, revendent ou distribuent la technologie du drone.
Et si, à l’origine, les drones ont été essentiellement développés en France pour un usage militaire, ils explosent aujourd’hui dans les secteurs civils, de l’agriculture aux ouvrages d’art, en passant par le BTP, la police ou l’industrie.

Vous pouvez en ce moment découvrir par vous meme les dernieres avancées technologiques du drone  au Palais de la Découverte à Paris ou vous pouvez par exemple piloter un drone par la pensée. La ville de Paris organise le premier “Drone festival” le 4 septembre prochain ou vous aurez l’occasion de rencontrer les acteurs de ces innovations et assister à des courses de drones.

L’un des plus grand challenge que cette industrie rencontrera sera de trouver un moyen de coexister et de partager l’espace aérien en toute securité. En effet, ces innovations et la multiplication des drones civils, commerciaux et de loisirs dans le ciel, imposeront des changements radicaux dans la façon dont nous utilisons l’espace aérien aujourd’hui.

La NASA et L’Administration Fédérale d’Aviation (FAA) collaborent déjà aujourd’hui avec diverses universités et entreprises, y compris Google et Verizon pour concevoir un système de contrôle du trafic aérien spécifiquement pour les drones. Ce système aurait ses propres reglementations avec des équivalent de routes, de feux et de signes de circulation. D’autres chercheurs se focussent quant à eux sur des technologies prometteuses permettant aux drones de detecter les obstacles et les dangers autour d’eux afin de pouvoir eviter collisions et accidents.

 

Marqu: ebookers

PUBLICATIONS RCENTES